Etape ISNY- frontière Russe vu par Yves BEAUX

Yves
Yves

       

Après avoir passé un grand week-end (Family days) à ISNY (DETHLEFFS CITY), baignés dans des flots de bière et de musique bavaroise, 3 campings cars du club sont partis lundi 24 juin, emmenés par André et Edith, en direction de la frontière RUSSE.

 

         Un trajet sans difficultés nous a d’abord conduits à la frontière Allemagne/Tchéquie. Ensuite, un circuit « spécial Dédé » nous a fait visiter la Tchéquie (très) profonde en détails. Intéressant et instructif, même si la moyenne (Km/h) était proche de celle d’une limace asthmatique. Le soir venu, le parking vide d’une base de loisirs (fermée, hors saison), près d’un lac, nous a accueillis pour la nuit.

 

Le camping de Prague
Le camping de Prague

Le lendemain, direction PRAGUE pour rejoindre un joli petit camping situé dans la proche banlieue, chez un particulier soigneux de sa pelouse (à recommander). L’après-midi et la soirée ont été consacrés à la visite de cette capitale riche en beaux monuments, bons restaurants et belles filles, le tout sous un beau soleil.

 

         La frontière Tchéquie/Pologne se situe dans le début des KARPATHES, avec de jolies routes de montagne et de petites stations de ski (dans le style du Jura). La traversée de WRACLAW fut par contre un cauchemar : bouchons interminables et routes défoncées, une sorte d’avant goût de la Russie. Nous avons retenu un parking désert dans le centre de la petite ville de SYCÖW pour la nuit. Surprise le lendemain matin : le parking était plein, car situé en face de la mairie dont les bureaux ouvraient très tôt à 7h 30 ! Des médisants ont prétendu que cette ouverture matinale s’expliquait parce que, à cette heure là, il y avait moins de chances que les gens soient bourrés…

 

Le temps gagné par ce départ matinal a été largement perdu lors de la traversée éprouvante de VARSOVIE pour cause d’embouteillages déments. Il est clair que le nombre de voitures en circulation a augmenté bien trop vite pour que l’adaptation des infrastructures routières au trafic actuel soit faite, faute de temps, d’argent et/ou de volonté. Ce problème est visiblement partagé par les autres pays ex-communistes, à l’exception des pays baltes très peu peuplés.

 

 

La halte à POREBA
La halte à POREBA

     

 Afin de nous « déstresser », Dédé nous a trouvé la halte nocturne la plus calme que l’on puisse imaginer : le parking d’un cimetière campagnard prés du village de POREBA-KOCEBY : robinet d’eau disponible et en prime spectacle nocturne surprenant. En effet, ce fut l’occasion de se familiariser avec quelques aspects particuliers des rites funéraires locaux : lanternes allumées (bougies dans un récipient en verre coloré) sur la quasi-totalité des tombes avec un petit banc devant (pour faire la causette ?), l’ensemble étant situé hors du village, dans un bois assez dense. Les mêmes médisants que le matin ont vite remarqué sur les tombes que, statistiquement, l’âge du décès des hommes (65 à 70 ans) était plus précoce de 10 à 15 ans par rapport à celui des femmes. Ils ont conclu (hâtivement, c’est certain) à une relation de cause à effet avec la consommation excessive de boisson provocant l’ébriété.

         

   C’est donc bien reposés que nous avons traversé une partie de la MAZURIE, belle région parsemée de nombreux lacs disséminés dans les forêts, et qui se continue en LITUANIE. Une fois de plus, le vieux renard Dédé nous a trouvé un bivouac original : un vaste parvis devant une belle église baroque, dans une banlieue résidentielle de KAUNAS (on prononce « kaounas » s’il vous plait). Protection divine ou pas, la nuit fut calme bien qu’étant un vendredi soir.

Le lendemain, tours et détours se succédèrent au fil d’un trajet peu rectiligne mais agréable entre lacs et forêts. Même si les moustiques lituaniens se montrèrent un peu plus voraces que la moyenne, la découverte de « gisements » de muguet sauvage en pleine floraison (au 29 juin !) a permis la confection de beaux bouquets, offerts aux dames pour cause de fête des mères le lendemain. 

 

Le magasin "Tout est là"
Le magasin "Tout est là"

Le soir venu, au petit village de VALNOVA, en échange de quelques menus achats et d’un bouquet de muguet, Dédé nous a négocié un stationnement sur le petit parking du magasin local « Tout est là ». Evidemment ce n’est pas la traduction de l’enseigne en lituanien, mais ce surnom correspondait au contenu en marchandises : de la vodka au sac de ciment, en passant par la charcuterie, le P Q, les gâteaux, les plantes de jardin ou les épingles à linge, tout était bien là. Etant devenus les protégés de la tenancière de ce bazar, une robuste matrone post-soviétique, probable notable du bled, la nuit fut sans problèmes. Comme quoi, le dialogue avec les locaux, même si on ne parle pas un mot de leur langue, est toujours profitable.

 

         Réveil matinal et précipité le lendemain matin pour cause de rendez-vous à la frontière Lituanie/Russie avancé d’une journée. Une bonne heure de route nous suffit pour rejoindre, à ZILUPE, les 8 autres camping cars participant au voyage en Russie.

 

         L’aventure russe commença, bien sur, par un parcours kafkaïen et interminable de formalités douanières, choses qui nous avaient été épargnées jusque là : merci l’Europe et Schengen.