Lors de l'assemblée générale constitutive du club Dethleffs à NAINTRE le 22 novembre 2008, Bruno GARCIA avait proposé de coordonner notre venue à PROVINS en juin de cette année. Résidant près de cette ville, il avait des facilités pour mettre notre séjour au point.

 

De l'échange de quelques informations avant le voyage, nous avons compris que nous ne serions pas nombreux à participer aux festivités.

 

Après une escale en région parisienne, nous levons l'ancre en début d'après-midi du vendredi 12 juin, pour mettre le cap à l'Est-Sud-Est, direction PROVINS. "Mer belle à peu agitée", soit pour Bison Futé: "sens des départs vert à orange". Sur la route, ce ne sont pas les camping-cars qui ralentissent l'allure générale.

 

 

 

 

 

La Tour César
La Tour César

De la timonerie, Edith aperçoit bientôt la Tour César qui se détache sur l'horizon. Symbole de la puissance des comtes de Champagne, ce donjon construit au XIIe siècle constitue un amer remarquable dans le paysage briard. Il a rempli d'autres fonctions: tour de guet, prison, clocher.

 

Altération de cap au carrefour giratoire à l'entrée de la ville pour nous diriger vers la Capitainerie (Office du Tourisme en patois briard).

Des travaux dans le port nous conduisent dans une impasse constituée par l'aire de service des camping-cars. Nous battons arrière pour emprunter le bon chenal vers le quai qui nous est réservé. Un Advantage de croisière est déjà amarré: Claude et Françoise POIGNARD sont arrivés la veille, pour se familiariser avec les indigènes... et repérer les boulangeries.

Peu après, le vaisseau amiral fait son entrée, André et Edith MORLOT à la passerelle.

 

Effusion des retrouvailles, c'est l'ambiance de la famille qui prend le dessus. Bruno GARCIA nous rejoint brièvement en soirée.

Les deux jours à venir s'annoncent riches en événements; il faudra faire un choix dans le riche programme d'animations et de spectacles pour profiter au mieux de cette 26e édition des Médiévales.

 

La soirée du vendredi 12 juin commence par un pot à l'espagnole, tradition oblige. Pour économiser nos forces en vue du lendemain, nous décidons de ne pas aller au Son et Lumière qui débute à la tombée de la nuit, car il se déroule sur les terrasses du Couvent des Cordelières, de l'autre côté de la ville, au delà des remparts. Ce couvent a été fondé au XIIIe siècle par le comte Thibaud IV, sur la colline face à son palais, à la suite d'une vision de Sainte Catherine. Il devient hôpital général de la ville en 1749, sur ordre de Louis XV. Il accueille aujourd'hui les archives de la Direction du Patrimoine et des monuments Nationaux et une école de BTS Tourisme, et ouvre ses portes exceptionnellement.

 

L'ouverture de la manifestation a lieu le samedi 13 juin à 10h00. Cela nous laisse le temps de parler du club Dethleffs, de son site internet, de ses activités passées et futures. Edith (l'épouse de l'autre amiral) en profite pour franciser la chanson du club allemand, pour la faire découvrir lors de la prochaine fête de la bière à Munich.

La Porte St Jean
La Porte St Jean

Nous rejoignons à pied la Porte Saint Jean pour prendre nos billets d'entrée. Le temps est chaud, sec et ensoleillé, comme se plaisait à le dire Albert Simon. La foule arrive débonnaire, les déguisements en costumes d'époque sont nombreux.

Sitôt la porte franchie, on se retrouve dans la ville haute, ceinturée sur deux côtés par des remparts. Ces magnifiques ouvrages d'art, en cours de restauration, ont été édifiés au XIIIe siècle. La porte, avec ses deux tours en amande, assurait la défense de l'ancienne route de Paris.

 

Nous remontons la rue Saint Jean, bordée d'échoppes de la foire médiévale. Provins propose au cours de ces deux jours une reconstitution grandeur nature des Foires de Champagne.

Resto
Resto

     Nous décidons de nous restaurer avant que ce soit le coup de fusil; une table dans le patio de la Table Saint Jean convient parfaitement. L'ambiance "club" nous démarque des autres clients, la bonne chair y contribue aussi.

Thibaud de Champagne
Thibaud de Champagne

    A 14h30, Place du Châtel, débute la cérémonie de la remise des clés de Provins par le comte Thibaud de Champagne au 1er échevin de la ville. C'est le début des festivités.

Cette Place du Châtel est le cœur de la ville-haute: en son milieu, un ancien puits et la Croix des Changes, du XIIIe siècle, appelée aussi la Croix aux Édits, au pied de laquelle se faisaient les transactions de monnaies et étaient proclamés les édits comtaux puis royaux.

 

Abbaye Saint Quiriace
Abbaye Saint Quiriace

        Chacun est libre ensuite de déambuler pour découvrir et s'émerveiller des animations et des spectacles.

De nombreuses activités et des divertissements sont répartis pour le plus grand plaisir des petits comme des grands.

Le village du livre, place Saint Quiriace, est animé par les enlumineurs, les copistes, les relieurs, les parchemineurs et les calligraphes.

La léproserie, qui existait à quelques kilomètres de Provins, est reconstituée au pied de la Tour César avec un parfait réalisme: les frissons sont garantis.

 

 On peut découvrir la vie au temps des foires de Champagne grâce à de nombreux campements qui retracent la vie quotidienne et militaire du Moyen-âge.

Saltimbanques, ménestrels, troubadours, danseurs, jongleurs, musiciens et bien d'autres artistes animent la ville avec leurs musiques, leurs chants et leurs danses.

Il convient également de profiter des Médiévales pour assister à des spectacles historiques.

Aussi choisissons-nous de nous rendre au Théâtre de verdure  de la Demeure des Templiers, près de la Porte de Jouy, pour le spectacle équestre ""Arkhangaï, les Cavaliers des Steppes". Ces cavaliers émérites nous font partager leur passion du cheval: cavalcades, voltiges, chevaux en liberté, dressage, cabrioles et fauconnerie- équestre nous procurent d'inoubliables émotions.

 

Participants à Provins
Participants à Provins

En début de soirée, un banquet médiéval avec animations est organisé pour quelques centaines de personnes seulement. Comme nous n'avons pas réservé de places pour retrouver les odeurs et les goûts de l'époque, nous nous retrouvons tous ensemble près de nos camping-cars, pour le traditionnel apéro-club et la photo de groupe des quatre équipages.

spectacle du feu
spectacle du feu

A la tombée de la nuit, ceux qui ne sont pas allés écouter les contes coquins en musique près de la Tour César sont allés voir des spectacles de feu.

Des improvisations musicales terminent cette première journée.

Dimanche 14 juin, le temps s'annonce encore chaud, sec et ensoleillé. La bonne humeur est aussi de la partie.

 

 

A l'extrémité Est de la ville-haute, la Collégiale Saint Quiriace a été édifiée au XIIe siècle par la volonté du Comte Henri le Libéral. Mais les difficultés financières du royaume, sous Philippe le Bel, la laisseront à jamais inachevée. Le dôme, construit suite à l'effondrement de la croisée du transept, date du XVIIe siècle.

Au cours de ces deux jours, musique de cour, musique de rue festive, musique andalouse et catalane, chansons courtoises s'y sont succédées.

 

La porte de Jouy
La porte de Jouy

En flânant plus longuement devant les échoppes, nous traversons toute la cité pour parvenir à la Porte de Jouy. Récemment restaurée, cette porte construite au XIIIe siècle était surmontée d'un clocheton, petit donjon avec cloche qui permettait de guetter l'ennemi et de prévenir en cas de danger.

Aux pieds des remparts, des camps de vie, des camps d'escrimeurs, et de nombreux artisans attirent les visiteurs.

machines de guerre
machines de guerre

Deux autres manifestations sont au programme. "La Légende des Cavaliers" est l'histoire des chevaliers et de leurs armes, contée par le seigneur de Provins. De fabuleuses machines de guerre médiévales et des démonstrations de jeux équestres ravissent le spectateur.  "Les Aigles des remparts" font  découvrir à travers la légende de Bavon, l'univers des oiseux de proie en harmonie avec les chevaux.

les remparts
les remparts

A 15h30, la grande parade des troupes, avec en tête Thibaud de Champagne et le premier échevin de la ville, démarre de la Tour César,  passe par la place du Châtel pour ensuite contourner la ville par la rue saint Jean et l'allée des Remparts. Nous y prenons notre poste d'observation, près de l'entrée Saint Jean. La foule, nombreuse et enthousiaste, s'est massée de part et d'autre; les appareils d'enregistrement photo et vidéo se gonflent de souvenirs numériques. Le spectacle est fabuleux: les personnalités, les groupes, les musiciens, les saltimbanques, tous défilent dans leurs magnifiques costumes médiévaux, certains sont de véritables œuvres d'art. Pendant un bon quart d'heure, ils sont tous passés devant nous, heureux de nous faire partager leur gaité. Une invitation à revenir l'an prochain.

La soirée se passe autour de nos tables pliantes, assemblées pour un apéritif et un repas pris en commun, à la bonne franquette. Les bruits de fête sonnent encore dans nos têtes, mais les participants et les spectateurs quittent émerveillés cette magnifique ville, classée au Patrimoine Mondial de l'Humanité par l'UNESCO, avec ses 58 monuments classés ou inscrits à l'Inventaire des Monuments Historiques.

Puis c'est le moment des embrassades et des au-revoir. Au cas où nous ne nous reverrions pas demain...

         Le lendemain matin, quand votre narrateur entrouvre un œil et une oreille, tout est anormalement calme. Seul le clapotis de la pluie sur le rouf est perceptible. Votre narrateur entrouvre ensuite un store. La rade est grise, le ciel touche l'eau. Le quai est désert, les échelles de coupée ne sont plus là. Les vaisseaux vosgien et charentais ont appareillé de bonne heure, prenant chacun un cap différent. Pas besoin d'un pilote quand on est un navigateur chevronné. Ni de sirènes et de bateaux-pompes pour saluer leur départ.

masques et grimaces
masques et grimaces

Votre narrateur comprend alors lentement pourquoi ce matin il n'y a pas eu les traditionnels longs conciliabules entre les camping-cars, destinés essentiellement à tester l'acuité auditive des dormeurs. Ou alors cette palabre (africanisme) aux aurores est-elle destinées à percer le mystère suivant: pourquoi la ville de Dombrot-le Sec, pourtant proche de Vittel, ne figure pas dans le guide Go et 1000 Eaux?

 

Bernard MULLER