L'Aventure en MAURITANIE

Récit by Edith MORLOT...

 

 

En COURS !!!! .....suivez nous pas à pas, les images sont en cours d'insertion..

Après avoir effectué la traversée du Maroc en 3 semaines et fait visiter les différents points d’intérêts aux équipages «  Dethleffs » qui avait eu confiance en nous pour réaliser ce périple, nous sommes arrivés à bon port à la dernière station service ou nous avons rencontré les autres équipages complétant notre groupe.

Salutations, présentations, ils ont l’air sympa… Notre Dédé se renseigne afin que nous puissions nous restaurer tous ensemble dans le café hôtel attenant à la station, à l’unanimité tout le monde est d’accord et nous dégustons une tajine arrosée par notre breuvage national que nous avions pu emmener, bonne ambiance, la nuit fut calme.

Le 15 janvier debout à 6 heures, car nous avons rendez-vous à la frontière afin de rencontrer notre équipe de Mauritanie Aventure managée par Guy Martin qui doit nous y attendre, auparavant, nous devons faire nos formalités afin de sortir du Royaume du Maroc et passer par divers guichets, ambiance africaine au bout de quelques heures nous arrivons à la frontière Mauritanienne ou là les formalités ont été plus faciles étant donné que l’agence avait déjà fait le nécessaire.

Nous prenons donc la route pour traverser ce fameux « no man’s land » si redouté de tous. Sidi Mohamet est monté dans le premier CC car il connait parfaitement ce passage très délicat et en à fait la reconnaissance la nuit dernière (vent de sable oblige), nous devions donc le suivre « dans ses roues », tout c’est très bien passé à vitesse réduite afin de ne pas casser les mécaniques. Et tranquillement, nous arrivons au 1er campement à Boulanoir où nous sommes accueillis sous une grande tente de nomade par Monsieur le Maire, nous prenons un thé de bienvenue et quelques femmes nous proposent des objets de leur fabrication (colliers, bracelets, Cheiches ….).

Au coucher du soleil en route pour le village dans les minis-bus de l’agence pour nous emmener voir un troupeau de chameaux avec leurs bébés et nous faire boire du lait de chamelle, nous assistons à la traite et nous dégustons ce fameux breuvage plein de vertus et très doux à boire. De retour à la nuit, chacun regagne ses « appartements » pour y passer une nuit calme et paisible.

Le maire de Boulanoir
Le maire de Boulanoir

A 8h30 départ pour Nouatchok en convoi entre deux véhicules militaires qui nous ouvrent et ferment la route et nous avons un gendarme (en civil) dans notre véhicule qui doit déposer une liste de tous les participants aux différents postes de contrôle.

A midi arrêt à « la gare du Nord » station service en plein désert, petite promenade apéritive dans les dunes et repas dans nos CC. Reprise de la route sous la chaleur et toujours en convoi et escortés.
Arrivée à Nouakchott arrêt dans un « Big Market » très bien achalandé pour nous achat en produit frais et divers.  Et arrêt à «  l’Auberge Sahara » ou nous avons pris le repas du soir (riz légumes) le tout arrosé de …….coca cola !!!!!!
Dimanche matin, nous prenons des bus « locaux » toujours escortés par une cohorte de militaires dont certains en civil en direction du marché aux légumes, puis du marché aux tissus, aux objets de consommation courante… Quelques achats et nous reprenons nos bus pour rejoindre nos CC dans une circulation très anarchique ou des véhicules de toutes sortes et tous âges se croisent et se recroisent…..Après le repas de midi pris dans un petit café ouvrier, très bon composé de riz, poisson, légumes, nous allons au port toujours dans nos bus pour voir la flotte des barques de pécheurs débarqué des poissons qui sont aussitôt triés par des femmes. Les conditions de travail de ces hommes ont l’air très difficile, mais ils ont toujours le sourire. Nous quittons la ville pour le désert, les militaires nous laissent rouler sans escorte, mais il y a toujours des points de contrôle et notre accompagnateur doit  leur fournir la liste des participants. Nous arrivons à notre bivouac en plein désert, nous garons nos C/C en cercle comme les pionniers du far-West, une habitante est venue nous chercher pour nous montrer des objets de la vie ancienne du village, un bain de foule avec des charmants enfants et nous regagnons notre camp ou notre accompagnateur Sid’ahmed dit «  Caramel « nous fait cuire des filets de lotte acheté au port, délicieux, nous partageons ce souper avec des représentants du village.

Village près du camp de base
Village près du camp de base

Lundi matin après une bonne nuit, tout notre petit monde reprend la route pour quelques kilomètres, nous nous arrêtons pour aller visiter une école primaire, l’instituteur et les enfants sont très impressionnés par notre présence, mais en quelques minutes l’atmosphère se détend, nous attendons encore quelques, minutes, puis nous prenons congé en laissant quelques présents. La route se continue à travers le désert avec un fort vent de sable qui envahi nous véhicules, midi arrêt dans une petite bourgade pour le repas, Dédé et moi allons prendre notre repas dans un petit resto typique (très bon et pas cher dommage que les autres ne soient pas venu …..) En fin d’après-midi changement de décor, nous arrivons sur Atar, paysage vallonné et verdoyant quelques photos pour immortalisé cet endroit quasi idyllique et nous retrouvons le reste de l’équipe de Mauritanie Aventure qui nous guide jusqu’à notre camp de basse ou nos véhicules resteront stationnés une huitaine de jours et ce surveillés pas des «  shibanis », un petit thé de bienvenue sous une tente et un briefing très complet pour nous expliquer notre programme dans l’Adrar.

Aujourd’hui 19 janvier, nous prenons le départ pour l’Ardra, nous prenons place dans les 4X4 et nous nous initions à la conduite de ces véhicules chacun notre tour, c’est formidable !!!! chacun s’éclate, quelques petits soucis de mécanique nous obligent à faire des arrêts, mais qu’à cela ne tienne, il faut que tout se remette en route après une année d’interruption et nos mécanos Mauritaniens sont de vrais pro…Nous arrivons vers une palmeraie avec un puits creusé par des français lors de leur présence dans les années 50. Notre équipe décide alors de monter notre camp dans la vallée tout proche.( Et encadré par l’armée mauritanienne qui ne nous quittera pas de la nuit, stationnée seulement à quelques mètres de nous)Donc aussitôt dit aussitôt fait la tente, les chaises sont dépliées, et nos tentes respectives nous sont attribuées, elles sont d’un modèle très simple que l’on jette en l’air et qui doit être installée, seulement les nôtres étaient un peu rebelles, enfin avec un peu de patience et de jugeote, voici nos couchettes installées. Nous prenons alors notre repas composé de chevreau, riz légumes, en dessert une compote de pommes  tiède améliorée avec de la confiture de mandarine et parfumée au gingembre, un véritable délice concocté par notre chef cuisinier attitré Jean-Christophe, chacun se retire alors dans sa tente et le concerto de ronflement commence…..Mais la nuit fut bonne sera nous remémorais notre jeunesse….Un petit déjeuné copieux et nous voilà reparti pour traversé des paysages extraordinaires et très variés, le repas de midi à l’ombre d’une palmeraie nous rafraîchi et de retour à notre camp de base, nous passons rendre visite à un maraicher qui nous vend quelques kilos de carottes, retour au CC, nous prenons une bonne douche 

Le 21 nous requittons nos cc et reprenons place dans les voitures afin de vivre une nouvelle aventure après avoir traversé la ville d'Atar et fait un petit coucou un garagiste nous prenons une route très pentue et très pittoresque nous affectons ce passage assis sur le coffre arrière de notre voiture et nous profitons pleinement de la beauté du décor, impressionnés par la hauteur des falaises qui surplombent la route. Encore une fois nous changeons de décor nous traversons des champs de pierres noires, nous arrivons alors dans un endroit ou quelques palmiers ont décidés de pousser, c’est donc là que nous déjeunons. L'après-midi traversée des dunes et arrivée "au milieu de nulle part" ou nous érigeons notre bivouac. Un punch bien dosé délie les langues et engendre la bonne humeur avant le repas du soir. Nuit sous les étoiles et toujours la surveillance de l'armée qui assure notre sécurité.

Vendredi réveil avec un peu de fraîcheur et en route pour Chinguetti la 7eme ville sainte de l’Islam sunnite. Nous arrivons a l'auberge très sympa avec des chambres rustiques mais très propres et très jolies, chacun en prends possession d'une quelques privilégiés ont même une "suite nuptiale !!!!...."et le repas est pris sous la grande tonnelle de la terrasse en fin d'après-midi nous déambulons dans les rues de Chinguetti très envahi par le sable pour rendre visite à un érudit qui nous explique l'histoire de la ville et nous fait découvrir des livres très anciens et demande  à quelques uns  leur collaboration pour faire fonctionner le verrou qui condamne la porte ou se trouve tous ses manuscrits anciens après quelques essais infructueux la porte s'ouvre grâce au doigté de notre Dédé. Nous quittons la ville pour aller assisté au couché de soleil sur les dunes à bord de nos 4x4 joli spectacle sur cette immensité Nous nous sentons tout petits. Encore un très bon repas et une petite soirée animée par des jeunes gens de la ville pendant que d'autres s'initient à l'astronomie avec un de nos coéquipiers qui est très féru de cette discipline. Le petit déjeuner servi nous nous rendons à la ville nouvelle de Chinguetti, promenade nous rencontrons beaucoup de boutiques de souvenirs hélas nous ne pouvons acheter à tous. !!! ..nous repartons  visite d’un site protégé ou des peintures rupestres anciennes nous sont expliquées par un guide qui nous attendait, repas de midi sur une terrasse surplombant ce site et devant le "fort Sagane" (là ou fut tourné le film) dans un décor très impressionnant de falaises  abruptes promenade au bord de ses falaises, et c'est déjà l'heure du retour a Athar nous allons visiter un tout nouveau musée dédié à "Odette du Puigaudeau" célèbre bretonne qui tout au long de sa vie s'intéressa à la vie quotidienne des mauritaniens et écrivit des ouvrages afin de préserver toutes ses découvertes et les coutumes et traditions. Nous retrouvons alors nos véhicules. 

Dimanche nous reprenons les 4x4 pour une nouvelle expédition après un arrêt à Athar pour faire quelques achats nous reprenons la piste toujours des paysages merveilleux et très variés nous nous régalons et nos appareils photo n'arrêtent pas de crépiter. En fin d'après -midi nous arrivons à notre lieu de stationnement pour 2 nuits, c'est un petit camping fait de cases au milieu d'une  palmeraie, c'est très joli et très reposant. Et comble du comble une petite piscine nous tend les bras, quelques uns s'y rafraichissent qu'est-ce que ça fait du bien. Encore un repas digne d'un grand chef et une bonne nuit calme. Petit déjeuner consistant en plein air, nous partons à pied à travers la palmeraie, une  petite halte pour déguster un thé, en fin de matinée nous arrivons dans un lieu absolument idyllique avec des piscines naturelles en plein désert, quelques téméraires osent une petite baignade, l'eau est à 16 !!! …Après le repas, relax au soleil et farniente. Retour à notre camp de base, apéro bière [1 petit fut qui venait  de Munich!! Apporté par Dédé] et qui désaltéra  les gosiers asséchés... Mardi 26 toujours le réveil avec le soleil et le ciel bleu rangement des cases, une petite marche pour sortir du village et nous reprenons la piste, nous repassons par la même route, mais les paysages sont différents, la lumière ayant changée. Pour le repas de midi, en ce dernier jour avec notre équipe, nous le prenons dans une palmeraie très rafraichissante, sous une grotte, d'où coulent de petites sources d'eau qui nous désaltèrent. Retour à notre camp de base, photos du groupe, cadeaux aux guides accompagnateurs.

Mercredi 27, nous quittons l’Ardra, adieu à nos « Shibanis » qui ont surveillés nos C/C  pendant toute la semaine, cadeaux, pourboires. Et nous voici en route pour Nouakchott avec un arrêt pour la nuit nous retrouvons l’endroit ou nous avions passé la nuit lors de notre départ. Les militaires sont toujours là pour veiller à notre sécurité.

Départ de bonne heure pour la capitale avec un arrêt pour le ravitaillement et nous reprenons la route pour un petit village de pêcheurs, promenade sur la plage, nous ramassons de jolis coquillages au grand dame des autochtones qui nous disent que les coquilles ne sont pas bonnes à manger, mais que ce qui il a dedans est bon !!!!! …..

Le lendemain matin nous quittons la plage pour partir en direction du « Banc d’Arguin », arrêt pour le repas à « la gare du Nord », ou nous rencontrons les participants du groupe suivant, échange de quelques impressions et nous partons chacun de notre côté, eux vers le sud, nous vers le nord avec notre nouvelle équipe. Nous établissons un camp de base dans le désert et nous nous rendons sous la tente ou notre ami « Sidi Mohamed » nous offre le thé tout en nous racontant ses aventures de guide dans le désert….

La nuit fut courte, départ à 7 heures à bord des 2 minibus pour notre lieu de villégiature dans le parc National du Banc d’Arguin, passage à travers le désert, enlisement, poussage….rigolade…. Nous voici arrivés dans un petit village de pêcheurs nous répartissons à bord de 4 « lanches » (voilier en bois et voile latine utilisés par les pêcheurs ), beaucoup de mal à quitter les rives par manque de vent, mais l’expérience de nos marins et leur volonté nous amène au milieu de cette réserve naturelle d’oiseaux  marins, c’est un émerveillement, nos  matelots sortent alors leur fil à pêche très, très simples mais très efficaces, ils nous attraperons 3 mérous de 2 à 4 kg et une belle dorade qu’il nous font cuire et que nous dégustons à bord accompagné de riz, quel régal, et quelle bonne ambiance à bord…Mais voici l’heure du retour à terre, nous rejoignons nos tentes respectives avec vue sur la mer et nous prenons notre repas fait de poissons, légumes et riz et terminé par une petite salade de fruits, en soirée un conférencier du parc, nous informe sur son travail  (très intéressant). Orage dans la nuit quelques tentes ont pris l’eau, mais tout se passe dans la bonne humeur, après le petit déjeuner, nous reprenons les véhicules pour un autre site, dommage qu’il ne fait pas très beau, car la plage est superbe, visite au village rencontre avec les habitants et repas, nous regagnons nos véhicules qui sont restés en plein désert sous la surveillance de l’armée et la soirée se termine tranquillement.

Nuit avec la pluie, il n’avait pas plu depuis 2003 au mois de janvier (et c’est tombé sur nous !!!!!), nous repartons en faisant attention cas le sable risque d’être un peu souple !!! tout c’est bien passé nous ressortons du désert en direction de Nouadhibou, un petit arrêt à Boulanoir, pour le repas de midi, nous rendons visite à l’école qui compte 6 classes et 326 élèves !!!! (Nos instits auraient de quoi se plaindre du sureffectif !!!!) il règne une grande discipline et les enfants nous chantent l’hymne national mauritanien avec beaucoup de fierté. Nous déposons les dernières fournitures scolaires que nous avions emportées.

Nous repartons et nous arrivons à, quelques kilomètres de Nouadhibou dans un endroit encore très joli, la « baie du Lévrier » en bord de mer, nous ramassons des coques et nous nous régalons à notre repas du soir.

attente du train
attente du train

Mardi 2 février, c’est notre dernière journée en Mauritanie et elle consacrée à la visite de Nouadhibou, nous prenons donc les petits bus de l’agence et nous nous rendons d’abord au port de pêche artisanal, quel imbroglio de petites échoppes de mécanique et de petits commerce de toutes sortes, et cette baie ou sont entassé des épaves de bateaux qui finissent leur vie en servant de logis aux langoustes et autres crustacés, un spectacle un peu surréaliste…. Non loin de là se trouve la maison ou Saint -Exupéry passa quelques mois et ou il écrivit « Vol de nuit », c’est une belle bâtisse mais laissée à l’abandon quel dommage, car si le propriétaire voulait cela pourrait faire un musée ou un joli hôtel que les visiteurs français apprécieraient…..

Nous poursuivons notre journée par la visite du marché central, toujours beaucoup de petites échoppes et des commerçants voulant nous vendre leurs marchandises, comme tous, ils ne voient pas beaucoup de touristes et  jettent leur dévolu sur ceux qu’ils croisent.

Le repas de midi est libre, chacun se rend dans un des nombreux restaurants que le guide nous à indiqué, pour notre part nous nous rendons dans un très propre avec un menu ou les prix sont bien indiqué, quand au repas il fut excellent. Après une petite promenade vers les garages et les concessessions des diverses marques de voitures, nous allons à la gare pour voir le long train de minerai de fer qui traverse le pays et qui aujourd’hui comptait 196 wagons et 3 locos, on les à compté……c’est très impressionnant, d’autant que les autochtones voyagent sur ce minerai pour se déplacer avec marchandise, bétail etc…. Avant de rentrer à notre camp de base ou nous prenons un apéro de fin de séjour « à l’espagnole », un petit tour dans les supermarchés …. (Bon marché, Supermarché du 28/11), les derniers ouguiyas (monnaie mauritanienne) sont dépensés.

Le no man's land
Le no man's land

Dernier jour, notre réveil se fait dans le brouillard, un vrai temps de rentrée !!!!!....Direction la frontière, retraversée du « no man’s land », formalités, nous disons au revoir à Sidi qui nous à conduit jusque là et chacun reprends sa route, il y en a qui sont très pressés de rentrer, alors tout le monde se congratule d’autres vont prendre leur temps pour remonté en visitant le Maroc.

Ce fut un voyage très inattendu et très riche en découvertes de toutes sortes (paysage, vie de habitants, façon de voyager, de vivre et de manger etc.….), mais très enrichissant. Au nom de tous les participants du « Club Dethleffs » je remercie Guy et ses associés et accompagnateurs de l’agence Mauritanie Aventure de nous avoir fait vivre quelque chose d’exceptionnel, dommage pour ceux qui ne sont pas venus !!!!.....